Ma petite sauvage va sur ses deux ans. Il y a un an jour pour jour l'accouchement était programmé (c'est une autre histoire pleine de larmes et du deuil d'un accouchement tant imaginé et voulu). De l'eau a coulé sous les ponts et depuis le premier jour, tu restes ce petit chat sauvage qu'on apprivoise chaque jour et avec qui nous composons.
On a dessuite su que tu n'étais pas comme les autres bébés. Tu es née en sachant tenir ta nuque et en suivant du regard. Tu es née sauvageonne et rebelle. Ton petit caractère s'est dessuite manifesté. Tu n'aimais pas Gainsbourg mais adorais déjà Nirvana et aujourd'hui tu danses et chantes sur Kansas et Black Sabbath. 
Les calins c'est à petites doses, quand tu le décides. Tu laisses tomber ta carapace, tu ne veux pas faire la grande. Nous profitons et sommes troublés par tant de vulnérabilité et cette candeur que tu cherches à cacher et à laquelle tu ne cèdes que rarement.
J'aime te voir observer de longues minutes quand il y a du monde et petit à petit tu te mèles au monde et t'ouvres délicatement en répendant ta joie de vivre et ton énergie.
Les seuls moments ou tu es calme c'est quand tu crées. Tu peux rester des heures entières à déssiner ou modeler, coupée du monde dans ton univers, concentrée à perfectionner ton mouvement. Tu te dévoiles dans tes dessins, révèles ta minutie dans tes modelages et ta précision dans tes peintures. 
Tu ressents et comprend des choses que tu n'arrives pas à maîtriser ou gérer. Une personne extérieure pourrait croire que tu es capricieuse mais non. Tu es juste comme ta mère. Gérer tes émotions est ton combat quotidien, surtout réussir à les exprimer comme il le faut. On y arrive avec le temps, du moins on essaye de ne pas les laisser te submerger. 
Avant ta naissance, je pensais que ton père était moitié. Mais ma moitié c'est toi ma sauvage d'amour. Pas besoin de se parler, un regard nous suffit. Ton père est notre âme soeur, celui qui nous protège, nous aime plus que tout. Celui dont un seul regard nous appaise quand nos émotions nous submergent, celui dont les bras nous réconforte quand la peur emprisone notre coeur, celui qui est notre ange gardien.
Tout ça pour dire mon Chaton vénère que même si aujourd'hui j'aurai bien aimé t'échanger contre des shokobons, je t'aime et t'admire plus que tout.